La visiteuse de Saint-Aubin

(Mystification à Guérande)

 

 On a deux vies, et la deuxième commence quand

on se rend compte qu’on n’en a qu’une.

Confucius

190 Pages

Format :  21x14,5 

 

Février 2010. Sur le littoral, Xynthia hurle sa colère. À l’abri des remparts de Guérande, dans son hôtel particulier de la rue du Tricot, Agathe de Villepreux se confie à une amie. Le temps est venu pour elle de rédiger son testament. Mais, conformément aux dernières volontés de son mari, elle doit répartir équitablement ses biens et avoirs sur les têtes de ses descendants selon l’exemplarité de leur vie. Elle a perdu de vue ceux-ci et ne sait pas ce qu’ils sont devenus. Comment faire ? Elle entraîne alors son amie dans une mise en scène diabolique pour parvenir à ses fins.

 

Commentaire :

  

Pour ce roman original : drôle pour la supercherie qu'Agathe met en place pour déterminer de quel façon elle doit laisser ses biens et pathétique pour ce que cela démontre de l'être humain, quand un héritage est en jeu. 
Dans ce livre, la palme revient sans conteste à Berthe, "cette grenouille de bénitier" qui se croit très pieuse et qui est en fait une "peau de vache" qui fait vivre un enfer à son mari et passe son temps à juger tout le monde, bonjour la compassion ! 
Une réflexion amusante sur la question qui devrait pousser chacun à en laisser le moins possible pour éviter les problèmes aux survivants.